EVIDENCES
Éducation à la Santé et au Bien-Être

Décryptage biomédical par l’arbre-minute Décryptage biomédical par l’arbre-minute

Interview : LE Dr EDUARD & JUDITH VAN DEN BOGAERT

Article de Carine Anselme

Devenir soi. Le Grand Œuvre d’une vie ! S’il est à la portée de tous de travailler sur des problématiques conscientes, difficile de dénouer ce qui vient de l’inconscient et nous pilote à notre insu. Problèmes de santé, échecs récurrents, incapacité à être heureux... Et si ces déboires n’étaient que les répétitions douloureuses héritées de nos ancêtres ? Connaître l’histoire des générations qui nous ont précédés nous permettrait alors de faire des choix conscients et d’accomplir notre destinée. C’est l’enjeu de l’approche nouvelle de la psychogénéalogie proposée par Eduard et Judith Van den Bogaert. Dans leur « Manuel d’autodécryptage de votre arbre-minute » (1), ils proposent une méthode basée sur une représentation graphique de l’arbre généalogique correspondant aux lois de la biologie, pour nous révéler à nous-mêmes et accéder au processus d’autoguérison inhérent à chacun. Nourri du travail sur leur mémoire familiale et le décryptage des arbres de nombreux patients, cet ouvrage est d’une grande aide pour aider à déjouer les programmes transgénérationnels. Ainsi connaître son passé pour mieux vivre le présent et transformer le plomb en or. Pour soi, pour les siens, pour le monde.

En préface, l’actrice Michèle Laroque y confie que la thérapie de l’arbre, effectuée avec le Dr Eduard Van den Bogaert, lui a sans doute « sauvé la vie »... Dessiner son arbre lui a permis de repérer les traumatismes répétitifs qui le constellaient. Hasard ou pas ? On lui a proposé ensuite de participer à une émission en quête de ses ancêtres, avec Eduard en conseiller. « Grâce à cette émission, j’ai pu découvrir les traumatismes similaires en miroir entre les branches paternelle et maternelle de mon arbre. En comparant les âges de ceux qui étaient pointés, nous nous sommes aperçus, Eduard et moi, qu’ils étaient tous morts à quarante-six ans. Or, au moment de cette émission, j’avais quarante-cinq ans. Je me souviens avoir commencé à trembler et, quand je me suis tournée paniquée vers Eduard, il m’a rassurée en me disant que ma prise de conscience allait me permettre d’arrêter ce programme. Je n’oublierai jamais cet instant-là », partage l’actrice...  Trouver des pistes de guérison dans l’héritage familial : tel est l’objectif, aussi ambitieux que précieux, de cet ouvrage, « Psychogénéalogie » (1), qui concentre l’approche d’Eduard et Judith Van den Bogaert. Ce couple à la ville comme à « la scène » œuvre en c(h)œur à autonomiser les patients sur le chemin de la guérison et du sens de la maladie. De chœur, il est aussi question en les interviewant - l’un rebondit sur ce que dit l’autre, poursuit, complète... Aussi retranscrirons-nous cet entretien en duo d’une seule voix, sauf à de rares exceptions lorsque cela se justifie.

Comment résumeriez-vous les étapes que nous fait franchir votre livre, qui mêle théorie et pratique ?

Tout d’abord, en vous permettant de percevoir votre inscription au sein de l’histoire de l’évolution du vivant, vous réaliserez combien les accidents ou maladies sont des moyens pour vous aider à évoluer dans votre environnement, qu’il soit sentimental, familial ou professionnel. Puis vous serez invité à dessiner spontanément votre arbre généalogique en deux minutes (voir encadré) et apprendrez à le décrypter ; c’est-à-dire à y déceler les conflits que vos ancêtres et vous-même nourrissez. Ensuite, en apprenant pas à pas à redessiner votre arbre selon des règles de construction bien précises, que nous détaillons dans le livre et qui répondent à la logique du vivant, vous transformerez ces conflits décryptés. Enfin, vous pisterez dans votre nouvel arbre l’invariant de la maladie ou du trauma personnel afin de terminer les deuils inachevés des protagonistes de votre arbre et d’activer leurs capacités inexploitées pour la réalisation de leurs rêves, et ce afin de rendre les vôtres possibles.

Votre livre est dense ; on perçoit qu’il concentre la quintessence de votre approche. Quelle a été votre expérience de l’écriture à quatre mains ?

(En chœur) C’est une libération ! (Ils se regardent) Ce livre est un accouchement, il incarne la somme de nos parcours et connaissances... (Judith) Nous avons beaucoup pratiqué l’arbre-minute avec les gens, et nous avions à cœur de transmettre cette façon de travailler à travers un « to do book », qui permet d’avoir des outils concrets pour avancer en profondeur, de manière autonome. (Eduard) Judith a amené la dimension sensitive, surtout dans la partie pratique, qui permet d’aller plus loin dans la compréhension du vivant. La mise en application corporelle permet d’intégrer les dessins de l’arbre généalogique. En ce qui me concerne, cet éveil corporel est venu enrichir ma manière d’aborder mes patients. (Judith) Cette fluidité corporelle permet de délier et de relier les choses.

Vous présentez aussi ce livre comme un héritage...

Absolument ! Nous le léguons à nos patients et nos élèves passés, présents et à venir, mais aussi et avant tout à nos enfants respectifs, à leur descendance - nous sommes soulagés de savoir que, lorsque nous ne serons plus là, ils pourront poursuivre ce travail généalogique. Nous sommes une famille recomposée et face à cet enjeu, nous avions bien compris que l’état de santé de nos arbres nécessitait de l’attention si nous voulions réaliser nos désirs d’âme. Nous avons ainsi entrepris ensemble un grand voyage généalogique alchimique et transformé notre plomb respectif en or (aujourd’hui, l’arbre d’Eduard fait... 21 mètres de long, contient un maximum d’informations et remonte à 1600, celui de Judith fait 13 mètres, NDLR). Nous sommes aussi arrivés à un moment où nous voulons transmettre notre approche globale ; nous allons mettre en place des formations pour thérapeutes (voir « Pour aller plus loin »).   

Vous donnez régulièrement des séminaires sur la généalogie. Pourquoi avoir eu besoin de réaliser un livre ?

Lorsque nous donnons des séminaires, les participants passent souvent à côté de choses importantes - ils veulent vite dessiner leur arbre généalogique pour passer à l’hypnose. Or, faire et refaire son arbre modèle le cerveau, grâce à la neuroplasticité ; chaque étape révèle des choses qu’ils ne voient pas de prime abord. Tout est comportement. (Judith) Mon premier métier est traductrice, je perçois donc les pertes importantes que les personnes font en « décryptant » leur arbre. Or, il est capital de le décoder et de le comprendre en profondeur. En ce sens, la transmission écrite permet d’aller plus loin. (Eduard) Et puis, il y a une chose essentielle : lorsque les personnes sont confrontées à la maladie, il y a une inquiétude financière. S’ils veulent approfondir leur travail sur l’arbre, cela peut nécessiter plusieurs visites. Avec cet ouvrage qui transmet des informations et le mode d’emploi pour réaliser son arbre, lorsqu’ils arrivent chez nous, ils sont déjà prêts à aller à l’essentiel. Nous proposons de la Médecine Sensitive Coopérative® : cela sous-entend que les patients coopèrent, qu’ils deviennent acteurs de leur santé.

Pour faire son arbre-minute (voir encadré pratique), vous préconisez le dessin à la main plutôt que de le réaliser à l’ordinateur...

Le clavier est plutôt schizophrénique, alors que l’écriture est reliée. Dessiner son arbre à la main œuvre à la reliance, qui est au cœur du travail généalogique. La généalo-mano-graphie (étymologiquement « dessiner de notre propre main la transmission de nos gènes ») constitue une sorte de scanner manuel, symbolique, du représenté neurologique cérébral d’une grande valeur pour faire le bilan de santé de chacun. Vous le dessinez avec une conscience dont vous n’avez pas conscience ! L’ordinateur peut venir après, pour la mise au net. 

De quelle manière peut-on le rapprocher d’un scanner cérébral ?

C’est l’équivalent psychique transgénérationnel du scanner du cerveau.  Après avoir observé à la loupe l’arbre-minute de milliers de patients, nous nous sommes rendu compte qu’il était possible de découvrir ce que le Dr Hamer était capable de découvrir en réalisant des scanners du cerveau. Pour lui, chaque modification millimétrique d’une partie du cerveau sur le scanner cérébral révèle ce qui se passe dans le fonctionnement biologique de la partie correspondante du corps de la personne. Il en va de même pour celui qui a dessiné son arbre-minute : chaque modification du dessin par rapport au tracé à main levée idéal ou normal d’un point de vue biologique révèle un blocage ou une suractivation neuronale traduisant l’existence d’un conflit psychique pouvant éventuellement entraîner une maladie, un malaise ou un accident physique. On « lit » les informations, il n’y a pas d’interprétations. Il est donc possible de comprendre la signification et de prévoir l’impact de ces représentés graphiques sur sa vie et sa famille. L’arbre vous montre dans quelle « pièce de théâtre » familiale vous jouez... Accompagner une personne qui se sent impuissante à résoudre une problématique à partir de l’arbre généalogique, permet de (lui) faire comprendre qu’elle n’est pas le problème. (Eduard) Ce qui est génial, c’est qu’avec l’arbre elle a tout le matériel pour nourrir la métaphore hypnotique !     

Comme son nom l’indique, l’arbre-minute se fait dans l’instant. Ce qu’il produit est-il durable ?

À travers le décryptage biomédical de votre dessin, vous pénétrerez dans votre « autre scène inconsciente », vous découvrirez la manière dont vous vous représentez inconsciemment votre famille. Par l’éclairage de ce que vous aurez dessiné, les portes de la transformation et de la guérison s’ouvriront. Cependant, l’arbre-minute est le commencement d’un long processus qui peut parfois prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à partir du moment où la personne entre dans le processus thérapeutique de guérison et qu’elle s’ouvre aux différentes prises de conscience que ses représentés lui révèlent. De décryptage en décryptage, votre arbre-minute prendra de l’ampleur et deviendra bien vite l’arbre de vie qui vous accompagnera tout au long de votre existence. Vous l’étofferez de vos découvertes et démêlerez bien des situations de vie. Plus tard, quand il sera terminé, vous pourrez même le consulter à souhait pour découvrir ce qui peut vous freiner ou vous propulser dans certaines situations de vie. Vous pourrez le reprendre et l’investiguer avec d’autres thérapeutes et outils – ostéopathie, microkinésithérapie, EMDR, tarot (Judith) J’ai beaucoup travaillé sur l’arbre - je peux témoigner que c’est un outil très utile pour la vie de tous les jours !

Comment dessiner son arbre-minute lorsqu’on a des blancs dans sa généalogie ?

Ce travail est très sensitif - nous constatons que les personnes qui le font savent souvent beaucoup plus de choses qu’elles ne le pensent... Un vide est déjà une information en soi ! On peut poser la question : « En regardant cet arbre, comment vous sentez-vous face à ce vide ? » L’émotion permet des prises de conscience. De toute façon, quelle que soit votre histoire, vous êtes toujours issu d’une lignée - que l’on soit adopté, que l’on ne connaisse pas l’un de ses parents ou qu’on ne voit plus sa famille. (Eduard) Je repense à ce médecin en séminaire qui disait : « Je ne connais personne de ma famille. Je suis un chien sans collier. » Nous l’avons placé dos au tableau et Judith lui a posé des questions, pendant que je dessinais tout ce qu’il disait. Lorsqu’il s’est retourné, il a pleuré : il a vu son arbre, avec déjà des informations, des liens... Il s’est rendu compte qu’il n’était pas un chien sans collier !

C’est un travail qui dépasse notre personne, semble-t-il ?

Faire son arbre initie un travail transpersonnel : ce n’est pas juste « papa/maman », c’est se réconcilier avec la grande famille mondiale. En travaillant sur ses racines, sur tout ce terreau, l’arbre peut symboliquement porter des feuilles, des fruits, de bien meilleure qualité. On gagne en enthousiasme, en empathie, en émerveillement. Et même si l’on ne parvenait pas à guérir de sa pathologie, partir en paix est un travail magnifique en soi - tant pour les morts que pour les vivants.

Vous avez d’ailleurs choisi la métaphore alchimique pour évoquer ce travail précieux de « mise au monde » de soi à l’aune de la généalogie...

Le mot « travail » renvoie à tripalium qui, étymologiquement, évoque un instrument de torture... Nous avons donc délibérément choisi la métaphore du Grand Œuvre alchimique (l’œuvre symbolise aussi l’artiste, l’œuvre de notre vie) et de ses trois étapes - œuvre au noir, œuvre au blanc, œuvre au rouge - pour illustrer comment le plomb de notre inconscient peut être transmuté en or, c’est-à-dire en capacité de réaliser des choses qui nous semblaient impossibles dans les différents aspects de notre vie. La première étape, l’œuvre au noir, incarnée par le dessin de l’arbre-minute, est le scanner de l’inconscient familial (avec son chaos). L’œuvre au blanc a pour fonction d’informer - de rassembler toutes les informations possibles sur la vie familiale, sentimentale, professionnelle des protagonistes de l’arbre généalogique. Il va sans dire que, dans cette étape, s’informer sur les maladies, les accidents et les drames qui ont secoué l’existence de ces protagonistes est primordial. Enfin, la troisième étape, l’œuvre au rouge, se réalise sous hypnose ericksonienne. Il s’agit d’aller à la rencontre de la mémoire des ancêtres présente biologiquement en nous pour entrer en empathie « tonico-émotionnelle » avec eux. Si l’on se met en résonance avec nos ancêtres, c’est-à-dire dans le même « tonus » que ceux-ci, on peut se souvenir, ressentir et imaginer ce qu’ils ont vécu pour le verbaliser. L’enjeu, dans cette étape, est de transformer ou de transmuter cette mémoire (ces étapes sont détaillées dans le livre, NDLR). Pour conclure, «œuvre » symbolise aussi les artistes que nous sommes tous face à l’œuvre de notre vie !

À lire : (1) Psychogénéalogie. Manuel d’autodécryptage de votre arbre-minute, Dr Eduard & Judith Van den Bogaert, préface de Michèle Laroque (Grancher, 2018).

EXERCICE

Dessinez votre arbre-minute

« Nous sommes tous dépositaires d’un inconscient biologique et psychique qu’il nous revient de clarifier », explique Judith Van den Bogaert, à qui l’on doit principalement la partie pratique du livre (même s’il est une co-création). Pour démarrer l’œuvre généalogique avec votre arbre, il vous est proposé de dessiner votre arbre-minute, sachant que le verbe « représenter » signifie « remettre dans le présent ». « Il est nécessaire de conscientiser que l’arbre généalogique est avant tout un système de répétitions et que rien ne nous oblige à en être la proie... Nous pouvons au contraire l’utiliser pour avoir le vent en poupe ! » Faire son arbre-minute va vous permettre d’ouvrir votre conscience et de faire un état des lieux de votre relation avec votre famille, telle qu’elle s’est inscrite dans votre cerveau.

En pratique, c’est simple : il s’agit de dessiner son arbre généalogique de manière spontanée sur une feuille de papier, en deux minutes.

Matériel nécessaire : une feuille sans lignes ni quadrillages, un stylo à bille ou à plume et une montre (respectez la consigne du temps). « Nous vous invitons à agir sans réfléchir. Ce dessin est comme un scanner de votre cerveau. C’est la manière dont vous vous représentez inconsciemment votre famille. Le représenté de votre arbre-minute (de même que les dessins ultérieurs que vous réaliserez pour parvenir à la version finale de votre arbre généalogique*) sera révélateur et symptomatique des difficultés que vous avez à dépasser pour vous réaliser pleinement. » Le stress qui peut survenir face à cet exercice limité dans le temps et engageant est porteur. « Le stress ressenti fait produire à votre cerveau des ondes gamma. Ce niveau énergétique d’ondes permet de pénétrer l’inconscient. Le stress ouvre la barrière hémato-encéphalique, pour que les informations qui limitent votre bien-être remontent à la surface », précise le Dr Eduard Van den Bogaert. « À travers l’arbre-minute, nous permettons à ces occultations d’apparaître en toute sécurité. C’est très intuitif, très créatif », conclut Judith Van den Bogaert.

* Les étapes ultérieures, essentielles pour approfondir le processus, sont détaillées dans le livre (voir « À lire »).

Souvenez-vous que Néo santé ne dépend d'aucune publicité et a besoin de chacun de nous pour s'assurer une longue vie. Si vous désirez-vous abandonner à cette revue riche de nouveautés en santé rendez-vous sur :

www.neosante.eu

Néo santé

Pour découvrir les différentes possibilités d'abonnements :

info@www.neosante.eusecretariat@www.neosante.eu

 

Newsletter

Je m'abonne à la Newsletter : Infos, articles & vidéos
Saisissez votre

Recevoir : en Fr
Recevoir : en Fr et Nl